Extrait final

Publié le par mahogany

http://be.imdoc.fr/image/accessoires/echarpes-foulards/foulard/inoui/foulard-laine-gris-bleu-inoui-608100608-100950.jpg

 

Voici un extrait de la fin de mon ouvrage : 

 

 

"(...) L’Amour est un sentiment qui commence par nous encombrer et finit par nous échapper, un sentiment qu’on ne sait pas mettre à la place qui lui convient, certainement parce que sa place est au-delà de notre volonté.

J’étais dans une parfaite inconscience de mon état, comme 30 % des séropositifs.

C’est pour cela, messieurs, qu’on aime tous la femme qui s’en est allée ! Parce que la conscience amoureuse arrive chez nous comme un redressement fiscal : brutale et rétroactive.

Nous sommes de telles merdes que nous nous rendons compte de l’amour qu’en le perdant.

Et le plus triste n’est pas de se rendre compte trop tard du fait que l’on aime. !

Non !

Le plus triste, c’est d’avoir privé l’autre, par notre inconscience, de cet amour qu’il avait décelé bien avant nous.

Kundera avait raison : L’amour est le cadeau qui ne se mérite pas. Pas moi en tout cas.

Un an. Un an de décalage pour que concordent enfin nos compréhensions respectives de la même expérience.

Nathalie avait droit à nous deux. Pas moi.

J’ai erré dans le purgatoire d’un amour déchu, puni pour avoir privé cette femme d’un droit légitime (pléonasme hyperbolique parfaitement assumé)

L’échec amoureux est une conséquence humaine. L’échec de cet amour-là, c’était moi.

J’ai compris qu’il fallait que, dorénavant, je reconnaisse l’amour avant qu’il ne m’échappe. J’ai aussi compris que la tâche serait ardue, l’amour étant un sentiment qui, de toute façon, nous échappera toujours ne serait-ce que par la mort.

Oui, je radote. C’est l’Euphorie après l’Euréka.

Oui, j’ai du mal à structurer le geyser de clairvoyance qui a jailli de son aura.

« Tu as un joli foulard », m’a-t-elle lancé.

Une année de silence pour s’entendre dire « Tu as un joli foulard »?(...)"

Commenter cet article

Nais' 18/07/2012 13:56

Vous avez publié un livre ? C'est une belle fin