La fille du tram

Publié le par mahogany

http://idata.over-blog.com/1/15/42/00/TRAMWAY/Nantes.Bombardier-Incentro.6.JPG

 

Elle est toujours là, la fille du tram. Elles sont toujours là ses formes juteuses pareilles à un fruit tropical ayant profité d’un soleil bienfaiteur, artisan méticuleux de la finition de son métissage, du caramel parfait de sa peau.

Elle ne regarde nulle part, et ce « nulle part » qu’elle toise détourne son regard pour ne pas qu’on le croise. Elle a les yeux prisonniers d’un éternel soupir.  Sa lèvre inférieure est pincée et autour de son nez rond se dessinent des pommettes un peu plus brûlées à mesure que l’on s’approche de ses paupières. La coquetterie de ses cils interminables rajoute du mystère à son visage.

Ses rondeurs son justes. Pas de goitre ou de double-menton. Uniquement la fermeté d’une jeunesse qui s’incarne en jaillissant de sa poitrine.

Elle tente de grimer son malaise dans des vêtements de femmes, de conjuguer l’avance de son corps sur les saisons de sa vie en s’habillant comme une femme. Mais la mascarade cesse quand s’arrête le Tramway à Orvault Morlière et que nous descendons (entre autre) tous deux : sa démarche maladroite trahit le delta entre sa maturité et celle de son corps, comme si un enfant était aux commandes de son enveloppe charnelle et s’amusait à désarticuler ses pas.

Et c’est toujours en tant que témoin de la démarche disgracieuse de la fille du tram qui s’en va que je reprends le boulot à 14h00.

 

Publié dans Nouvelles & Fictions

Commenter cet article

Nais' 18/07/2012 13:50

J'aime bien ce portrait volé, bien décrit.
Je viens de découvrir ce blog, et il me plaît beaucoup alors je reviendrais, espérant y trouver de nouveaux textes.
Bonne continuation