Puis, elle s'en va.

Publié le par mahogany

http://fc04.deviantart.com/fs13/f/2007/103/9/e/Gone_by_Aegis_Strife.jpg

 

C’est comme il y a  cinq ans. Ça recommence.

Je suis là, allongé sur le dos, les yeux fixant mon plafond sur lequel ma mémoire projette des vérités opaques qui me torturent.

Tout ce néant me fige. Mon cerveau s’allie à elle et me relaye ses mots qui sont l’antichambre de mes cauchemars à venir.

Quand s’éteindra mon corps, au chaos du sommeil, mon âme se retrouvera seule dans les échos oniriques de mes blessures.

Et au réveil, ces rêves me persécuteront encore en souvenir ; et les souvenirs deviendront des cicatrices que ses aigreurs ne tarderont pas à découdre.

Je l’aime comme je me l’étais interdit et mon égo, en martyre, exhibe les stigmates de ma trahison, de notre amour.

Tout est pire.

Mes valeurs m’ont banni, n’ont pas supporté que je la préfère à elles, que je m’enlaidisse pour lui paraître beau.

Mais quelquefois, perdu dans ce parterre de clous sur lequel j’évolue nu (de toute fierté, de tout égo, de toute beauté), je la retrouve.

Je lui parle. Elle rit. On s’étreint. Et elle m’aime à la force de mon désespoir.

Et elle me remplit d’un courage hérétique qui anesthésiera le prochain sursis.

Puis elle s’en va.

Alors on revient à cinq ans en arrière. Ça recommence…

 

 

Publié dans Introspections

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article